AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Shake the disease (+) Harrhilde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
is my name and only mine
Informations
Passeport

MessageSujet: Shake the disease (+) Harrhilde Mar 13 Oct - 23:32

Harry O'Neill & Brunhilde Hassmann
shake the disease


Depuis quelques temps, Brunhilde passait le plus clair de ses soirées, seule, en compagnie de son poste radio. Sa sœur avait beaucoup de travail à l'hôpital. Avec la guerre, il y a toujours plus de blessés qui sont rapatriés et ils avaient donc besoin de soin. Brunhilde comprenait parfaitement les heures supplémentaires que devaient faire sa sœur. C'était son travail, son devoir. Mais elle n'était jamais très rassurée de savoir sa sœur dans les rues de l'East End tard le soir. On ne sait jamais sur qui on tombe. Et ce soir là, plus que d'habitude, Brunhilde ne se sentait pas tranquille. Elle écoutait les informations d'une oreille distraite, se disant qu'elle irait peut être la rechercher à son travail. Bon d'accord, elle n'allait pas du tout apprécier mais avec ce qui s'était passé en Allemagne et comment se déroulent les événements, on n’est jamais trop prudent. Et malgré que Brunhilde lui répète de prendre un taxi pour rentrer, elle savait très bien que sa petite sœur n'en faisait rien. Elle tenait de leur père, elle n'en faisait qu'à sa tête. Et une fois qu’elle avait une idée en tête difficile de la lui retirer. Au moins, en rentrant ensemble ce soir, elle serait en sécurité et ça serait un moment qu’elles pourraient passer un peu ensemble. A discuter un peu, avec les heures de nuit de sa sœur, c’était compliqué pour parler. Elle était crevée et se reposer quand Brunhilde partait répéter au ballet.

C’était décidé, Brunhilde allait la voir à cet hôpital militaire. Elle coupa la radio et attrapa son manteau. L’été touchait à sa fin et les nuits sont toujours un peu fraiches à Londres. De l’East End à South Bank, il n’y avait pas grand chose mais sa sœur était jeune et Brunhilde avait déjà eu des ennuis dans ce quartier. Et puis sortir un peu de l’appartement lui faisait du bien. Tant qu’à être seule, Brunhilde préférait profiter un moment de la Tamise plutôt que les quatre pauvres murs. Se promener là lui rappelait ses longues balade sur les bords de Spree, l’homologue berlinois de la Tamise. Elle pouvait passer des heures à marcher, sentant la douce brise marine sur son visage. De tout l’Angleterre, la Tamise était ce qui la rapprochait le plus de chez elle. Elle pouvait se souvenir de Klaus, son chien qui marchait à côté d’elle. Cela faisait bien dix ans qu’elle n’avait pas pensé à lui… Comme quoi, tout pouvait lui ramener à l’Allemagne. Qu’elle le veuille ou non. Mais elle devait se retirer ses idées noires de la tête. Elle s’approchait de l’hôpital Queen Alexandra. Elle n’était jamais passée par ici mais elle n’avait eu aucun mal pour repérer l’hôpital. Au moins, elle n’avait pas à trop chercher. Mais maintenant il fallait entrer. Brunhilde détestait les hôpitaux. Très jeune, elle avait peur d’être malade, pour aucune raison apparente elle n’avait jamais eu de problème grave. La saleté, les microbes, c’était ce qu’elle détestait au plus haut point. Et un hôpital est un nid à bactéries. Et être dans cette salle d’attente où tout le monde tousse, renâcle et elle ne sait quoi encore, quelle horreur. Pour ça, elle admirait sa jeune sœur. Brunhilde préférait de loin l’univers aseptisé du ballet et de la musique de manière générale. Mais elle aimait aider les autres et elle n’avait pas trouvé de meilleurs moyens que de soigner des vies. C’était honorable, surtout pour Brunhilde qui était incapable de rester dans un hôpital. A l’accueil, personne n’avait pu la renseigner et on la redirigea tout de suite vers cette salle d’attente des urgences. Mais hors de question qu’elle reste là dedans plus longtemps sinon elle allait faire une syncope. Elle quitta alors la salle d’attente et s’hasarda au détour de couloir, se disant qu’elle allait bien finir par tomber sur quelqu’un. Un médecin ou une autre infirmière. Ou encore mieux sa sœur. Peu importe mais elle ne pouvait rester une minute de plus dans cette salle. Elle finit par apercevoir un médecin et se dirigea vers lui « Excusez-moi » elle se doutait bien qu’elle n’avait pas le droit d’être là et dit tout de suite avant de se faire renvoyer vers l’entrée et cette horrible salle d’attente avec des gens malades « Je cherche ma sœur. » C’était très vague mais peut être savait il où elle pourrait se trouver. « Swahilda Hassmann » Si elle précisait son nom, ça aiderait certainement plus à visualiser la personne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
is my name and only mine
Informations
Passeport

MessageSujet: Re: Shake the disease (+) Harrhilde Jeu 15 Oct - 1:44

- Vous ne passerez pas O’Neill !

- Mais, Monsieur ! Laissez moi y aller on a besoin de moi !

- Non, l’un de vos confrères va s’occuper de ce patient et d’ailleurs tous nos médecins sont ici aujourd’hui ! Donc vous aller me faire le plaisir d’aller vous reposer ! Cela fait deux jours que vous n’avez pas dormi et c’est limite si vous avez mangé ! Du balai et que je ne vous revois pas par ici avant demain, bonne soirée !

Je n’avais plus mon mot à dire, le directeur avait parlé… Soupirant et surtout énervé, je tournai des talons pour laisser derrière moi le bloc opératoire du service des urgences. On venait de m’interdire l’accès à cette salle et je n’en étais pas très fier, surtout qu’il y avait des personnes qui avaient besoin d’aide ici ! Certes mes collègues étaient présent, mais je n’aimais pas me tourner les pouces tandis que d’autres travaillaient… Me dirigeant vers la salle de repos des médecins pour chercher mes affaires, je regarda autour de moi en desserrant ma cravate tout en baillant légèrement. Je devais me l’avouer, ne pas dormir depuis deux jours n’était pas une bonne idée tout comme ne pas manger… Il va falloir que je pense à moi de temps à autre pour pouvoir mieux aider les autres… Seulement, ce n’est pas la première fois que je me disais ça, une fois je m’étais même fixé un planning mais comme mon travail est plein d’imprévu et comme je veux toujours bosser je ne respecte jamais ce que je me suis fixé…

M’arrêtant à un lavabo, je me lava les mains tout en me regardant dans le miroir au dessus…  J’avais vraiment une tête à faire peur, les cernes sous mes yeux étaient des crevasses, mon teint était blafard, mes cheveux en pagaille et ma barbe naissante n’était pas bien entretenue. Heureusement que je prends des douches autrement j’étais bon pour rendre mon doctorat… Enfin bref, humidifiant mon visage avec de l’eau fraîche et en remettant mes cheveux en ordre, je me trouva assez convenable pour me remettre en route vers la salle de repos des médecins.

Avançant tranquillement dans le couloir de l’hôpital, je me sentais comme évité… Le directeur avait sûrement dit à tout le monde de me laisser tranquille ou d’éviter de me confier quelque chose avec moi. C’est pour cela que je fus surpris de voir une jeune femme m’aborder ou du moins me saluer. Que faisait-elle là et non pas en salle d’attente… Elle me dit rechercher sa sœur, mon cerveau commençait à ralentir à cause de mon manque de sommeil, mais j’avais encore les idées claires. Swahilda Hassmann… Après quelques instants de réflexion et comme un éclair de génie, je m’exclama :

- Oh oui ! Swahilda ! Une excellente infirmière ! Prometteuse ! Mais malheureusement, elle est actuellement en salle d’opération, un patient de dernière minute…

Me perdant dans mes pensées et en soupirant, je continuai d’avancer vers la salle de repos, je repensais au patient qui se faisait opéré, j’étais sûr que tout irait bien, mais je pensais surtout à ce qu’il aurait pû se passer si j’avais tenté de l’opérer. Il allait vraiment falloir que je me calme j’allais tuer des personnes un jour et je ne m’en remettrais pas… Me retournant après avoir refait surface dans la vie réelle, je me souvins de mademoiselle Hassmann.

- Euh, désolé, mais vous pouvez l’attendre en salle de repos des médecins, vous y serez au calme et je peux vous proposer un thé en attendant, ça vous tente ?

Accompagnant ma proposition d’un sourire et ouvrant la porte de la de repos des médecins, je resta à attendre que la jeune femme me donne une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
is my name and only mine
Informations
Passeport

MessageSujet: Re: Shake the disease (+) Harrhilde Jeu 22 Oct - 21:30

Harry O'Neill & Brunhilde Hassmann
shake the disease


Sa sœur devenait réellement un bourreau de travail. A croire que les Hassmann n’avaient plus que leur travail pour s’en sortir dans cette nouvelle vie. Mais de voir sa sœur se tuer à la tête ne plaisait guère à Brunhilde. Elle était l’aînée, c’était à elle d’endosser ce rôle. Mais depuis un moment, la plus jeune n’en faisait qu’à sa tête. Tentant à grandir plus vite qu’elle ne devrait. Les événements passés, sa vie actuelle, tout avait changé si vite, il fallait s’y habituer et oublier plein de choses. Et cela ne plaisait pas trop à la grande sœur. C’était à elle de s’assurer que tout se passe bien et pas à la petite de travailler jusqu’à pas d’heure. Mais elle savait très bien que sa visite improvisée ne lui plairait pas, elle allait même détester ça. Mais qu’importe, le jour où elle aurait quelqu’un à protéger réellement, et pas un patient à soigner, elle comprendrait. Mais outre les malades qui vont mourir dans la salle d’attente d’une minute à l’autre, Brunhilde ne croisa personne. Elle se leva et prit alors le chemin des couloirs de l’hôpital. Elle n’avait pas le droit mais qu’importe. De toute façon, à part à la renvoyer vers la sortie, il n’allait pas pouvoir faire grand chose. Donc autant en profiter. Elle déambula dans les couloirs ce qu’elle crut être de longues minutes. Enfin il y avait âme qui vive dans cet hôpital. Elle osa alors aborder le médecin, lui demandant où pouvait se trouver sa sœur. Elle fut contente de trouver quelqu’un qui connaissait sa sœur et fut en soit fière qu’il trouve que c’était une bonne infirmière. Sa sour avait toujours adoré aider les autres, c’était sa vocation et avec la guerre, elle ne pouvait pas se montrer plus utile quand ce moment. Mais une nouvelle intervention signifiait qu’elle en avait pour encore un moment.

« Je vois. » C’était exactement ce qu’elle pensait. Swanhilda était incapable de dire non à un travail. Un patient était arrivé et elle l’imaginait assez facilement accepter de le prendre en charge avant de rentrer. Ne pensant sûrement pas à sa sœur qui se ferait un sang d’encre de ne pas la voir rentrer. Même si Swanhilda n’était plus une enfant, certaines angoisses passées ne pouvaient disparaître aussi facilement. Etant donné que sa sœur n’était pas disponible de suite, Brunhilde était persuadée qu’elle devrait retourner à l’accueil, attendre avec les autres patients et les familles. Retourner au milieu des miasmes ne l’enchantait guère, elle n’avait pas vraiment le choix. Elle allait remercier le médecin et prendre congé quand il lui proposa d’attendre dans la salle des médecins. Elle était vraiment surprise de l’offre du médecin que sur le coup, elle ne sut quoi dire. Et voyant qu’il attendait une réponse, elle reprit alors consistance et lui dit avec un large sourire « Volontiers je vous remercie » Elle était très étonnée de la proposition du médecin. Elle qui croyait qu’elle allait se faire aboyer dessus parce qu’elle se baladait dans les couloirs. Finalement, elle fut bien accueillie et entra dans la salle de repos des médecins. C’était un endroit beaucoup plus calme, loin des microbes et l’ambiance malade de la salle d’attente. C’était la pièce dont Brunhilde ne pouvait pas mieux rêver. Mais sur le coup, elle n'osa pas trop s'asseoir, elle n'était jamais entrée dans ce genre de pièce et n'était pas très à l'aise, comme étrangère à ce milieu médicale et militaire. En tout cas c'était toujours mieux que d'être dans la salle d'attente, elle ne pouvait que se le répéter. Elle remercia à nouveau le docteur pour le thé « Vous pensez qu'elle en aura pour longtemps ? » Non pas qu'elle n'était pas à l'aise dans une salle où personne ne crache son poumon mais elle ne voulait pas non plus déranger le médecin trop longtemps, il avait certainement d'autre chose à faire. « Veuillez excuser mon impolitesse, Brunhilde Hassmann » dit elle en tendant la main. Se présenter était la première chose qu’elle aurait dû faire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
is my name and only mine
Informations
Passeport

MessageSujet: Re: Shake the disease (+) Harrhilde

Revenir en haut Aller en bas
 
Shake the disease (+) Harrhilde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bois son Milk-Shake(libreeeuh XD)
» shake et fidget
» 03. Shake it like you're from Memphis ! | Abby
» + HIPPY HIPPY SHAKE
» INDUSTRIAL DISEASE - RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Keep Calm and Carry On ::  :: Archives-
Sauter vers: