AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 i take my ticket for the long way round [pv Isidore]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
is my name and only mine
Informations
Passeport

MessageSujet: i take my ticket for the long way round [pv Isidore] Lun 2 Nov - 16:00

Enfin un jour de congés. Une phrase dont jamais Federika n’aurait pensé tirer une si grande satisfaction, elle qui avait toujours besoin d’être occupée et d’avoir son attention monopolisée par quelque chose – mais depuis qu’elle avait rejoint les rangs de Bletchley Park, même elle devait bien avouer qu’un peu de repos ne serait pas de refus. Les braves ne se reposent pas, et depuis qu’elle avait été enrôlée quelques mois plus tôt, elle travaillait pratiquement tous les jours, y compris les samedis et dimanches, y compris de nuit, parfois, quand une situation urgente l’exigeait. Et les situations urgentes, avec les allemands et Enigma qui n’avait toujours pas été craquée, on en comptait un certain nombre. Il n’était pas rare pour Federika de regagner l’appartement qu’elle partageait avec Anna vers une heure du matin, de s’écrouler sur son lit, et de se réveiller quelques heures plus tard pour repartir aussitôt rebrancher son cerveau sur des calculs impossibles. Parfois Federika avait la nette impression de perdre la tête, surtout quand elle commençait à voir des chiffres danser devant ses yeux autour de la tête de ses interlocuteurs. Anna lui faisait régulièrement remarquer qu’elle avait des cernes sous les yeux et qu’elle devrait faire attention à sa santé, ce à quoi Federika lui promettait de moins travailler tout en sachant pertinemment que ce n’était pas une option. Avec Bletchley, pas grand-chose n’était discutable. On travaillait au service du pays, au service des Alliés, contre l’ennemi nazi. Si l’ennemi nazi ne se reposait pas, alors Bletchley non plus. Keep calm and carry on, comme disait maintenant le dicton.

Mais aujourd’hui, Federika avait droit à son premier jour de repos depuis près de deux mois. Lorsqu’elle avait annoncé la nouvelle à Anna, celle-ci avait aussitôt proposé de la faire sortir, de lui faire profiter de Londres et du relatif beau temps qui s’annonçait. Ca tombait bien, elle avait justement prévu d’aller au musée avec son associé et fiancé Isidore Hood, pourquoi ne les accompagnerait-elle pas ? Federika avait hésité un instant, puis avait fini par céder face à l’insistance de sa colocataire et amie. Après tout, pourquoi pas. Devant le miroir de sa chambre, Federika se demandait comme on devait s’habiller en compagnie de deux des modistes les plus réputés de la ville, puis renonça en songeant que de toute façon, elle ferait pâle figure à côté d’eux. Et puis, elle était championne d’échecs, pas figure de mode. Elle opta donc pour une robe bleue pâle cintrée à la taille, discrète mais – elle l’espérait – élégante, et laissa ses épaisses boucles châtains retomber sur ses épaules. Il faisait encore beau et chaud en cette fin de mois d’août, et Federika n’avait jamais été une grande amatrice de chapeaux. Pardon, Anna.

Devant son petit-déjeuner, Federika passa en revue les dernières nouvelles, toutes plus désolantes les unes que les autres – le Ministère de l’Information parvenait à peine à dissimuler l’angoisse ambiante, et finalement elle trouva les mots croisés à la fin du journal bien plus passionnants que les pseudo-informations qu’on trouvait dans les autres pages. En tournant les feuillets, elle tomba sur un petit encart qui mentionnait Anna et Isidore. Un sourire fit remonter le coin de ses lèvres. Elle n’avait pas encore eu l’occasion de réellement apprendre à connaître Isidore, mais de ce qu’Anna lui avait dit, il avait l’air d’un jeune homme bien sous tous rapports – parfait en tout cas pour Anna et son énergie inépuisable. Et aujourd’hui, elle était bien curieuse d’en apprendre un peu plus. Elle qui s’était dit initialement qu’elle préférerait passer la journée à lire ou devant son échiquier à disputer des parties avec un adversaire imaginaire, cette sortie commençait à s’annoncer sous de bien meilleurs auspices.

Vers une heure de l’après-midi, Federika quitta l’appartement et s’engouffra dans les transports londoniens, direction la National Gallery où avait eu lieu la réception de Susan Palmer quelques jours plus tôt. Enfin l’occasion de visiter la galerie et étendre un peu sa culture artistique, qu’elle avait délaissée depuis son arrivée en Grande-Bretagne. Elle n’avait aucune idée des œuvres qui étaient exposées, et pour tout avouer, elle comptait un peu sur Isidore et Anna pour lui expliquer ce qu’ils allaient voir à cette exposition. Tant pis si elle passait pour l’inculte de service. Elle pourrait toujours les impressionner une autre fois en les emmenant à un match d’échecs – si tant est que les matchs d’échecs présentent un quelconque intérêt pour les non-initiés. Arrivée à Trafalgar Square, elle sortit de la bouche du métro et cligna brièvement des yeux, aveuglée par le soleil. Londres était de sortie pour profiter du beau temps, ainsi qu’en témoignait la foule joyeusement amassée sur la place et autour de la statue de l’Amiral Nelson. Un instant, Federika se demanda comment elle allait retrouver ses deux compagnons, puis elle se souvint qu’Anna avait mentionné l’entrée principale de la galerie. Zigzaguant entre les passants, Federika se fraya un chemin dans la foule, levant les yeux pour détailler l’imposant bâtiment, plus impressionnant encore de jour que de nuit. Quelque part, il lui rappelait les musées de Postdam où elle allait parfois avec sa mère ou avec son frère. Un pincement de nostalgie lui serra le cœur, mais elle décida de l’ignorer. Pour une fois.

Elle grimpa les marches qui menaient à l’entrée du musée, et ne les apercevant pas, se posta à côté de la porte pour garder un œil sur les allées et venues des visiteurs, guettant son amie et son associé parmi les groupes de passants. Le soleil commençait à taper fort, et la jeune femme attendait avec impatience de pouvoir rentrer à l’ombre rafraîchissante du musée. Attrapant un plan de la galerie que lui tendait un stewart dans l’entrée, elle s’en servit comme d’un éventail pour faire circuler un peu d’air sur son visage. Elle était une fille de l’hiver, par une amatrice de chaleurs écrasantes. Dire qu’on lui avait raconté la météo désastreuse de la Grande-Bretagne, elle commençait à croire qu’on lui avait menti outrageusement.
Enfin, elle vit arriver Isidore… Seul ? Federika se détacha du mur et alla vers lui, sourire aux lèvres, mais sans s’empêcher de se demander où était Anna.

« Bonjour Isidore. » le salua-t-elle, se demandant s’il était d’usage en Angleterre de serrer la main ou de ne rien faire. Dans le doute, elle lui laissa l’initiative. « C’est gentil de votre part de me tolérer dans votre expédition. Anna avait l’air de s’être mis en tête de me sortir coûte que coûte, j’espère que vous ne m’en voulez pas que ça tombe sur votre rendez-vous. »

On ne pouvait pas dire non à Anna, c’était un fait. En tout cas, Federika ne le pouvait pas. Pourtant, elle en avait à revendre, du caractère et de l’entêtement, mais sa première amie de Grande-Bretagne connaissait ses points faibles.

« J’étais justement en train de penser que je ne connaissais pas grand-chose de la Gallery et de l’exposition. Je compte sur vous et Anna pour me servir de guide, elle n’a pas cessé de chanter vos louanges depuis une semaine. D’ailleurs, en parlant d’Anna, elle n’est pas avec vous ? Je pensais que vous arriveriez directement de l’atelier ? » demanda Federika en s’étonnant de l’absence de son amie aux côtés de son fiancé. Avait-elle été retenue à l’atelier ? Allait-elle les rejoindre plus tard ? Etait-elle en route ? L’idée d’aller dans ce musée avec Isidore mais sans elle lui paraissait incongrue – Isidore avait sûrement mieux à faire de son après-midi, et Anna avait attendu cette sortie avec tellement d’impatience… Les possibilités qui auraient pu conduire Anna à annuler sa venue étaient nombreuses dans la tête de Federika, et surtout de plus en plus invraisemblables à mesure qu’elle défilaient dans son esprit – et quand elle imagina qu’Anna avait peut-être été enlevée par des allemands sortis de terre dans un tank sous-terrain à tête perceuse, elle décida qu’il était temps d’arrêter de rêvasser. Isidore avait sûrement une explication logique, lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Isidore Hood
is my name and only mine
Voir le profil de l'utilisateur
Informations☎Messages : 139
☎Avatar & crédits : Ben Wishaw
☎Age du perso : 30 ans
Masculin
Passeport
Carnet
☎Mon coeur, mon amour: Mon cœur bat au rythme des machines à coudre et mon amour est aussi passionné que mes coups de ciseaux...
☎Politiquement vôtre: Plutôt travailliste
☎En Pagaille:

MessageSujet: Re: i take my ticket for the long way round [pv Isidore] Ven 26 Aoû - 1:00

En cette journée d’été, la chaleur était quelque peu étouffante dans l’atelier de la maison Hood&Jorden. Dans un complet de couleur crème agrémenté d’une cravate rouge, Isidore faisait les cent pas en long et en large en faisant glisser ses souliers sur le parquet comme un funambule sur un fil invisible avant de faire claquer ses talons et d’exécuter une pirouette théâtrale. Ses facéties et son sourire impeccable en direction d’Anna n’eurent pas l’air d’obtenir l’effet escompté.

« Sais-tu qu’il est fort impoli de faire attendre ses invités ? lança Isidore avec des airs d’enfants de chœur dans la direction de son associée qui s’affairait nerveusement sur un grand chapeau de dame.

Pour toute réponse il reçut une boite de boutons lancé dans sa direction qu’il évita de justesse.

-Tigresse !

-Ce n’est pas le moment, Isi’ ! Cette commande a du retard et Mary est clouée au lit !


Il est vrai que sans assistants les couturiers et chapeliers, aussi magiques ou fous soient-ils, n’avaient pas encore trouvés le moyen de faire travailler comme par enchantement leurs aiguilles, ciseaux et autres rouleaux de tissus…

-Vas donc sans moi, fit distraitement la jeune femme sans jeter un regard à son « fiancé ». La pauvre doit déjà t’attendre devant le musée !

Le jeune franco-anglais fit alors une moue dubitative en glissant ses mains dans les poches de son veston.

-Well, well, well… Je vois que toutes mes leçons de mondanités ne vous ont servies à rien, Miss Jorden ! Présenter deux personnes sans même être là : quelle barbarie…

Le rouleau de ruban mauve qu’il reçut dans le nez le fit enfin déguerpir de l’atelier en riant comme un gosse.

C’est donc en haut des marches de la National Gallery qu’Isidore retrouva la colocataire d’Anna qu’il n’avait encore jamais rencontré ! C’est une jeune femme brune et souriante mais au regard tout intrigué qui s’approcha de lui.  On pouvait la comprendre ce rendez-vous prenait une drôle d’allure sous cette chaleur écrasante…

« Bonjour Isidore, salua poliment Frederika tandis que le jeune homme prenait l’extrême liberté toute parisienne de lui faire la bise.

-Enchantez mademoiselle ! dit-il avec son éternel sourire malicieux en retirant son canotier avant de l’inviter à se diriger vers l’entrée du musée.

-C’est gentil de votre part de me tolérer dans votre expédition. Anna avait l’air de s’être mis en tête de me sortir coûte que coûte, j’espère que vous ne m’en voulez pas que ça tombe sur votre rendez-vous.

-Oh ! Il n’y a aucun problème
, fit Isidore, rassurant. Il n’y a jamais de « rendez-vous » bien convenu entre Anna et moi ! Vous l’avez très bien dit vous-même : c’est une expédition… Une aventure même ! L’inconnu peut être tout à fait stimulant, vous ne trouvez pas ? demanda-t-il en lui tenant la porte avant de la suivre à l’intérieur.

Cette Federika intriguait beaucoup Isidore. Il ressentait quelque chose dans le regard de cette femme qu’il n’arrivait pas à bien définir sur le moment…

-J’étais justement en train de penser que je ne connaissais pas grand-chose de la Gallery et de l’exposition, révéla la jeune femme

-Hum… Quelle exposition exactement ? releva Isidore en haussant les épaules, jetant des regards autour de lui pour trouver davantage d’informations sur ce qu’ils s’apprêtaient à voir. Ah j’ai trouvé ! s’exclama-t-il en pointant du doigt une affiche. « Les grands maîtres italiens » : il y aura forcément des gens tout nus, ça sera très drôle ! Qu’en dites-vous ? Allons-y !

Il n’attendait pas vraiment de savoir si la perspective des « gens tout nus » convenait ou non à sa nouvelle connaissance : il l’entrainait à sa suite vers la première galerie.  

-Je compte sur vous et Anna pour me servir de guide, confia Federika. Elle n’a pas cessé de chanter vos louanges depuis une semaine.

-Mes louanges, vraiment ?
Fit Isidore avec un petit rictus au coin des lèvres avant de frotter son nez qui gardait encore un souvenir douloureux du rouleau de ruban… Qu’a-t-elle donc racontée à mon sujet ? demanda-t-il l’air de rien, mais son interlocutrice se questionnait sur tout autre chose que l’ego froissé du couturier.

-D’ailleurs, en parlant d’Anna, elle n’est pas avec vous ? demanda Federika en arrêtant le couturier dans sa lancée. Je pensais que vous arriveriez directement de l’atelier ?

-Oh si vous saviez ! Elle est coincée avec un gros chapeau !... Enfin elle n’est pas coincée dedans ! Je veux dire… C’est la commande d’une obscure baronne pour se pavaner lors d’un concours hippique et son assistante Mary a attrapé un rhume... par cette chaleur !... Bref ! Ce genre d’excentricité me dépasse…


Un léger silence suivit sa dernière phrase avant qu’il ne reprenne un peu plus penaud :

-Euh enfin, je ne dis pas que notre employée est malade par caprice : je ne suis pas un monstre tout de même !... Tout cela pour vous dire qu’Anna s’excuse, elle ne pourra pas venir tout de suite. Il faudra vous contenter de moi ! s’exclama Isidore avec son sourire d’enfant avant de trouver rapidement un nouveau sujet de conversation.

Ils se trouvaient devant la toile de Botticelli représentant Vénus et Mars allongés en compagnie de faunes aux visages un peu grotesques.

-M’voyez ? Qu’est-ce que je vous avais dit ? dit-il en désignant le tableau. Déjà un monsieur tout nu ! On ne s’ennuie jamais avec les maître italiens !

Cette visite de la National Gallery s’annonçait déjà « spéciale » pour l’un comme pour l’autre…

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
Chemises d'organdi, chaussures de zébu
Cravate d'Italie et un méchant complet vermoulu...


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
i take my ticket for the long way round [pv Isidore]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)
» Dream ticket :Obama/Gore
» Sujet a long terme: ork sauvage.
» Ticket pour pose de MS
» Comment faire un ticket pour poser des MS ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Keep Calm and Carry On ::  :: Central :: National Gallery-
Sauter vers: