AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mad Tea Party - Susan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Victoria Irvin
is my name and only mine
Voir le profil de l'utilisateur
Informations☎Messages : 532
☎Avatar & crédits : Laura Spencer by me
☎Age du perso : 24 ans
Féminin
Passeport
Carnet
☎Mon coeur, mon amour: Fiancée par défaut, mais attirée par un certain as polonais
☎Politiquement vôtre: La politique, c'est de famille
☎En Pagaille:

MessageSujet: Mad Tea Party - Susan Mer 11 Mai - 9:49




Etant en jour de repos, Victoria avait enfilé un costume civil, un simple tailleur tirant sur les tons bordeaux, passé sur une chemise crème. Ses cheveux coiffés en vague, comme c'était la mode, et un petit chapeau noir à voilette passé par dessus, elle se sentait comme déguisée. Elle avait tellement prit l'habitude de son uniforme bleu qu'elle en perdait les habitudes civiles. Sa manière de s'habiller lui paraissait dater d'un autre temps. D'"avant", avant qu'elle sache qu'elle pouvait faire plus, à l'époque où elle était encore dans son petit cocon familial, bien au chaud, à l'abri. Tout semblait bien différent désormais. Pire encore, elle voyait bien la différence avec les autres femmes de sa section. Sa tenue était de bien meilleure qualité que celles des jeunes femmes sous ses ordres. Si la différence n'était pas totalement effacée par l'uniforme, - restant les manières et la manière de se tenir -  elle en était pour le moins diminuée. Une fois habillée en civil, Victoria était de nouveau Lady Irvin, fille ainée du Marquis de Conway et de Lady Maud Wallace, avec tout ce qui incombait. Et cela, en étant réconfortant, était aussi un poids sur ses épaules. Elle se regarda dans la glace de sa petite chambrée. Elle n'avait jamais été du genre à beaucoup se maquiller de jour, sa mère et sa belle-mère lui avaient toujours dit que cela faisait vulgaire - un point sur lequel elles étaient d'accord, c'était rare - et une fois sortie de son uniforme pour ses vêtements civils, elle trouvait que la fatigue se marquait d'autant plus. Elle aurait bien aimé avoir un peu de poudre pour camoufler tout cela. Tant pis.

Saisissant un petit manteau de demi-saison - il commençait à faire froid, en octobre -, des gants et son sac à main, voilette rabatue sur son visage, la jeune femme quitta sa chambrée et le bâtiment, non sans attirer les regards de quelques jeunes officiers. Comme toutes les jeunes femmes en uniforme, une fois rhabillée en civil, elle était méconnaissable. Mais ce n'était pas tant sa tenue que la raison pour laquelle elle était habillée ainsi qui était étonnante. Susan Plumer, députée, femme politique éminente, l'avait invitée, le jour de sa convenance, à prendre une collation au salon de thé du Claridge's. Après un échange de courriers, les deux femmes avaient réussi à se mettre d'accord sur le jour de congé de Victoria. Bien que servant son pays, en tant que simple caporal, la jeune rousse ne savait pas si on l'aurait laissée pénétrer dans le prestigieux établissement. Mieux valait alors redevenir Lady Irvin. Mais, fidèle à sa nouvelle vie, et ne possédant pas de voiture, Victoria avait prit les transports pour se rendre de l'annexe du ministère à son rendez-vous. Bien connue du lieu - sa mère l'y emmenait à chaque fois qu'elle lui rendait visite à Londres, étant plus jeune - on lui ouvrit gracieusement la porte et elle fut menée au salon de thé où une table avait été réservée au nom de Mrs Plumer. Victoria s'y installa et commanda un afternoon tea pour deux, en attendant la célèbre députée.

Elle ne la connaissait pas bien, l'ayant simplement rencontrée à quelques événements mondains. Mais elle appréciait son courage et son audace, ce qui n'était pas le cas de beaucoup d'homme. Néanmoins, elle n'oubliait pas que la député était travailliste, là où la famille de la jeune femme avait toujours été conservatrice. Bien que Victoria n'ait pas vraiment d'opinion à ce sujet, elle se fiait aux idées des siens. Alors que le serveur lui apportait son thé, elle observait les passants. Quelle ne fut pas sa surprise d'appercevoir à l'entrée, dans son uniforme de l'ATA, Pauline Gowner, la commandante des femmes aviatrices. Celle pour laquelle elle rêvait de voler. Victoria en resta figée. Une autre, à sa place, se serait précipité pour oser demander une affectation. La jeune femme, comme pétrifiée, ne put pas bouger. Et quand enfin, l'idée de tenter sa chance lui traversa l'esprit, l'intrépide pilote était déjà partie. Victoria se mordit l'intérieur de la joue. Quelle idiote! A force de ne pas oser, sa vie allait lui passer sous le nez. Certes, c'était déjà quelque chose que d'avoir intégré la WAAF, mais au fond, elle en voulait encore plus. Elle y arriverait, il le fallait.

Susan était en retard. Victoria prit sa tasse de thé et la porta à ses lèvres. Il était parfait! Bien meilleur que celui qu'on leur donnait en salle de repos au ministère. La jeune femme savait bien qu'en tant que militaire elle était privilégié, on leur accordait toujours assez de ration malgré l'état du pays. Mais au civil, elle était aussi privilégié, ce qui n'était pas le cas de tous. Elle avait entendu certaines filles dire qu'elles s'étaient engagées pour fuir la misère des quartiers populaires... Et il n'y avait rien qu'elle pouvait faire. Enfin, Susan fit son entrée et se dirigea droit vers elle. Victoria se leva et lui tendit la main - manquant presque, par habitude, de se mettre au garde à vous.

-Mrs Plumer, je suis ravie de vous revoir.

Elle lui sourit avant de se rassoir, élégante, bien élevée, la parfaite Lady qu'on avait fait d'elle et qui n'avait pas grand chose à voir avec le Caporal.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


'Careless talk costs more than life'
"Was it a marriage made in heaven ? Was it a gift from god above ? Do you belive the things you told me or was it simply careless love ? You told me once when we were dreaming through life together we would walk. Those words of love seemed said in star light but now it seems like careless talk."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://visagedupasse.tumblr.com/
avatar
Susan Plumer
is my name and only mine
Voir le profil de l'utilisateur
Informations☎Messages : 189
☎Avatar & crédits : Eva Green - by Maquizz
☎Age du perso : 36 hivers
Féminin
Passeport
Carnet
☎Mon coeur, mon amour: Divorcée, et c'est tant mieux !
☎Politiquement vôtre: Députée travailliste
☎En Pagaille:

MessageSujet: Re: Mad Tea Party - Susan Lun 16 Mai - 22:00

A Mad Tea Party
In Britain, a cup of tea is the answer to every problem


Le manteau long lui battant les jambes, la députée traverse le hall de marbre sans jeter un regard en arrière. Cinq heures viennent de sonner, cinq fois l'épaisse cloche de Big Ben a retenti : elle est en retard, et elle le sait. Mais après tout qu'y peut-elle, si les débats s'éternisent ? Ce n'est pas sa faute... Enfin, pas cette fois-ci, du moins.
Pressant le pas pour devancer ses collègues fatigués, elle passe les monumentales grilles devant le Parlement et, sans un regard aux murs contre lesquels s'empilent les habituels sacs de sable, appelle un taxi. D'ordinaire, elle aime prendre le temps de se promener dans la City, mais cette fois elle ne peut pas se permettre de faire attendre trop longtemps son invitée. Il lui a fallu de la patience et de la persévérance pour obtenir un rendez-vous, il est strictement hors de question de réduire à néant ces efforts précieux !

Réglant le prix à l'avance, la brune replie ses longues jambes à l'arrière de la voiture noire, vérifie les plis de sa robe bleu tempête (un choix d'Isidore, sobre mais élégant, comme toujours) et rajuste le tombé de son collier discret. Alors que le véhicule s'engage sur un boulevard bordé de luxueuses résidences, elle jette un rapide regard à son poignet : un petit quart d'heure de retard, le quart d'heure académique… Pourvu qu'on ait servi le thé, cela devrait garder son invitée occupée encore un instant.
Bientôt, la façade du plus chic hôtel de Londres est en vue. Les souvenirs qu'elle a du Claridge's sont pour la plupart liés à son ex-mari, mais elle se rappelle également de certaines soirées passées ici avec l'ambassadeur norvégien et son épouse : d'ailleurs, note dans son agenda mental, ce cher Oskar mériterait bien un petit appel de courtoisie, un de ces jours.

Alors qu'elle s'approche du bâtiment, le liftier pousse la lourde porte de verre pour laisser sortir une dame que Susan connaît bien : il s'agit de Pauline Gowner, la célèbre aviatrice. Cette dernière incline la tête à l'approche de la députée, la gratifiant même d'un sourire. À sa vue, une idée germe dans le cerveau en ébullition de Susan : après tout, on attrape les mouches avec du miel, et non avec du vinaigre… Répondant au salut discret de la militaire, elle passe à son tour dans le hall de l'hôtel, sans même ralentir le pas.
On la débarrasse de son manteau couleur taupe, et elle se dirige vers la table que lui indique un serveur. Dans un coin relativement peu exposé, c'est parfait. Elle sourit lorsque son regard croise celui de son invitée : Lady Victoria Irvin, fille de deux de ses adversaires les plus farouches, a pourtant répondu positivement à sa demande de rencontre. La travailliste sourit encore au salut d'une raideur presque militaire de celle qui est aussi le Caporal Irvin, membre de la respectable et respectée WAAF.

Lady Irvin, tout le plaisir est pour moi. Je vois que vous avez déjà commandé… Vous ai-je fait attendre ? demande Susan, bien que ce ne soit que par souci des convenances. Bloody hell, elle le sait, qu'elle est en retard, si seulement ces fichues discussions sur l'achat de nouvelles armes voulaient bien prendre moins de temps, aussi !


Sans laisser rien percevoir de son énervement intérieur, l'élégante brune s'assied en face de son interlocutrice et met les quelques secondes de la réponse de celle-ci à profit pour s'emparer d'un scone.

Et comment vont vos parents ? Oh, et ce cher -elle sourit encore à ce mot : tout Londres connaît l'inimitié profonde qui la lie à Lord Wallace ?

Espérant que la demoiselle se contentera de ces politesses peu poussées, la députée poursuit :

Mais venons-en au fait, je ne vous ai pas invitée ici pour vous parler de vos parents... En réalité, j'aimerais discuter avec vous d'un projet qui me tient à cœur, et dont je me suis dit qu'il saurait sans nul doute vous intéresser...

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Those who stand for nothing fall for anything
You have enemies ? Good, that means you stood up for something

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://captainclioposts.tumblr.com/
avatar
Victoria Irvin
is my name and only mine
Voir le profil de l'utilisateur
Informations☎Messages : 532
☎Avatar & crédits : Laura Spencer by me
☎Age du perso : 24 ans
Féminin
Passeport
Carnet
☎Mon coeur, mon amour: Fiancée par défaut, mais attirée par un certain as polonais
☎Politiquement vôtre: La politique, c'est de famille
☎En Pagaille:

MessageSujet: Re: Mad Tea Party - Susan Ven 27 Mai - 11:01

Victoria avait toujours appris que la ponctualité était l'un des principes les plus importants. Il lui fallait donc être toujours le plus à l'heure possible - résultat de jours et d'heures de leçons de maintient et de bonnes manières dans ces écoles réputées pour jeunes filles de l'aristocratie britannique. La jeune galloise n'avait pas que de bon souvenirs dans ces lieux, si ce n'était ses rencontres avec celles qui étaient devenues ses amies. Mais il est des habitudes qui, une fois ancrées en vous, restent et vous formattent. Elle avait aussi apprit que quel que soit son emploi du temps, en tant que jeune femme, non mariée, n'ayant pas de maison à tenir, il était toujours beaucoup moins important que celui de ses interlocutrices qui, elles, avaient un carnet mondain et un emploi du temps remplis pour les huits prochaines saisons. Alors, puisqu'elle attendait une député, elle ne pouvait pas, petit caporal, se permettre de faire la difficile et prétendre que sa tâche était ô combien importante, surtout avec le fait qu'elle avait fini sa journée. Mais, dans son petit uniforme, elle se sentait différente. Plus tout à fait la jeune femme qu'elle était dix-huit mois plus tôt, mais pas encore une femme aussi indépendante que Susan Plumer qu'elle attendait en cet instant. C'était à des petits détails qu'on reconnaissait la différence entre femmes du même milieu social; l'assurance et la sensation d'être indispensable. Sa mère, dans un autre registre, l'avait aussi, cette assurance. Victoria, elle, en était encore bien loin.

En buvant sa tasse de thé, elle regardait par la fenêtre, le temps gris, incertain, en ce mois d'octobre. Il était à l'image du temps qui courrait. Mais il influençait aussi les tempéraments britanniques. Victoria était certaine que le célèbre temps brumeux du Royaume Uni avait une grande influence sur le caractère de ses compatriotes et avait donné ce flegme connu dans le monde entier. Pour avoir un peu voyager en Europe, surtout en France et en Italie, avant la guerre, la jeune femme avait bien réalisé qu'en fonction des pays, l'attitude et la manière de vivre était bien différente. De là à lier cela aux températures et au nombre de jours ensoleillés, il n'y avait qu'un pas. En regardant autour d'elle, on aurait presque pu croire que rien n'avait changé par rapport à avant la guerre. Les mêmes tenues, les mêmes tintements de cuillères en argent sur la porcelaine, le même brouhaha. Et pourtant, en regardant bien, on notait beaucoup plus d'uniformes - dont Victoria faisait partie - des mines plus sombres, plus préoccupées. Moins de bijoux et d'ostentations, aussi. Le rationnement, quoi qu'ayant beaucoup moins d'impact dans sa classe sociale que chez les ouvriers par exemple, se voyait néanmoins quelque peu. C'était déjà un gros choc pour elle, alors pour ces hommes et ces femmes qui avaient passé toute leur vie dans des conditions plutôt faciles, la Grande Guerre et la Guerre des Boers ayant eut un impact bien moins important sur sa classe sociale, elle n'osait imaginer...

Enfin, du mouvement à l'entrée du salon de thé lui fit lever la tête. Lady Susan venait d'entrer dans la pièce et la cherchait du regard. Victoria lui fit un petit signe, posant sa tasse de thé sur la table et se levant pour la saluer.

-Lady Irvin, tout le plaisir est pour moi. Je vois que vous avez déjà commandé… Vous ai-je fait attendre ?

Une fois rassise, Victoria lui sourit.

-Non, ne vous en faites pas. Il est devenu assez rare de profiter d'un tel lieu pour ne pas en apprécier chaque minute.

Et puis, elle n'était pas vraiment pressé, n'ayant rien de prévu après cet entretien - autre que rentrer finir ses rapports et les classer, cela va sans dire. Mrs Plumer s'assis en face d'elle et s'empara d'un scone.

-Et comment vont vos parents ? Oh, et ce cher...  Lord Wallace ?

Victoria dissimula un sourire amusé. Si on ne savait pas que son beau-père et Susan Plumer étaient opposés politiquement, c'est qu'on n'ouvrait jamais les journaux. Cela avait ajouté à la surprise de Victoria de se voir invitée pour le thé avec son interlocutrice. Mais elle était elle aussi de la bonne société, on ne pouvait refuser une invitation sans en faire un affront public.

-Mes parents vont très bien, je vous remercie. Papa a décidé de camper à Londres alors qu'il serait bien plus sûr de retourner au Pays de Galles... Le ministre est de son côté très occupé, Maman se plaindrait peut être de le voir à peine si elle avait elle-même le temps de respirer, plaisanta la jeune femme.

Après tout, il était coutume de faire un petit tour d'horizon de la famille quand on demandait des nouvelles. Mais elle s'en tint là, quelques mots, cela suffisait. Susan l'écouta d'un air un peu distrait, avant de reprendre sur un tout autre sujet.

-Mais venons-en au fait, je ne vous ai pas invitée ici pour vous parler de vos parents... En réalité, j'aimerais discuter avec vous d'un projet qui me tient à cœur, et dont je me suis dit qu'il saurait sans nul doute vous intéresser...

La jeune femme rousse fronça les sourcils. Un projet? Elle? Quelque chose de politique? Si ses idéaux suivaient - naturellement - ceux de sa famille, elle ne voyait pas vraiment en quoi elle pouvait bien intéresser Mrs Plumer, de près ou de loin. Victoria n'était pas sa mère et ne s'était jamais engagée en politique. Elle doutait d'ailleurs qu'une telle chose puisse plaire à qui que ce soit, à commencer par son fiancé.

-Un projet? Etes-vous certaine de vous adresser à la bonne personne?

La jeune femme avait fait une petite tentative d'humour, après tout, il n'y avait rien de mal à cela. Mais elle sentait au fond d'elle-même quelque chose allait aller de travers.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


'Careless talk costs more than life'
"Was it a marriage made in heaven ? Was it a gift from god above ? Do you belive the things you told me or was it simply careless love ? You told me once when we were dreaming through life together we would walk. Those words of love seemed said in star light but now it seems like careless talk."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://visagedupasse.tumblr.com/
avatar
Susan Plumer
is my name and only mine
Voir le profil de l'utilisateur
Informations☎Messages : 189
☎Avatar & crédits : Eva Green - by Maquizz
☎Age du perso : 36 hivers
Féminin
Passeport
Carnet
☎Mon coeur, mon amour: Divorcée, et c'est tant mieux !
☎Politiquement vôtre: Députée travailliste
☎En Pagaille:

MessageSujet: Re: Mad Tea Party - Susan Dim 17 Juil - 21:43

A Mad Tea Party
In Britain, a cup of tea is the answer to every problem


La députée croise élégamment ses longues jambes sous la table. À son aise. Comme un chat qui observe attentivement le moineau qui lui servira de repas plus tard, elle scrute la jeune rousse en face d'elle. Cette dernière n'a pas l'air tout à fait à son aise au milieu de cette belle société - à laquelle elle appartient pourtant, en tant que fille du marquis de Conway. La députée met cela sur le compte de l'appartenance à l'armée. Cela change les gens, de répondre à une discipline de fer pendant des heures… Difficile de revenir à la vie civile, à une vie normale, après cela.

En quelque sorte, ce sort est aussi le sien. Comme Victoria Irvin, Susan a dû se tailler sa place dans un monde d'homme, tout en se défaisant de l'influence - pourtant positive au départ - de l'un des hommes de sa vie. Est-il plus ardu de sortir de l'emprise d'un père ou d'un mari, à cela elle n'a pas de réponse définitive. Son propre père - Pap's, elle le surnommait ainsi avant de partir pour Londres et voilà que cela lui revient, après toutes ces années  - est tout sauf un homme d'ambition. Instituteur dans l'une des deux écoles publiques de Colwyn Bay, cultivé certes, jamais il n'a été un obstacle pour la politicienne. Sans doute tout le contraire du père (mais aussi du beau-père) de Lady Irvin…

Bref. Une fois n'est pas coutume, voilà que Susan s'est perdue dans ses pensées. Non mais vraiment, à quoi pense-t-elle, elle a bien d'autres choses à faire ! Et tout d'abord, expliquer son projet à son invitée du jour. Comment formuler cela ? Les neurones de la députée fonctionnent à plein régime. Elle n'ignore pas que, malgré les similarités de leur parcours, Victoria et elle n'ont que peu en commun : origines, éducation, et probablement aussi vision du monde… Toutefois, elle garde l'espoir que leurs vues puissent s'accorder sur ce point : la situation des femmes. Voilà, elle devrait tout simplement l'aborder ainsi. Sans préciser tout de suite ce qu'elle sait pertinemment : ni le père, ni le beau-père de Victoria n'approuveront jamais ce qu'elle s'apprête à lui dire.

Esquissant un sourire des plus mondains alors que la jeune rousse répond à ses interrogations sur l'état de santé de ses parents, elle prépare ses mots avec soin.

Un projet? Etes-vous certaine de vous adresser à la bonne personne?

Ah. De ces paroles, Susan déduit que son interlocutrice ne partage pas la tradition politique familiale - qui consiste, cela va sans dire, en un conservatisme aristocratique bon chic bon genre. Cet élément pourrait jouer en sa faveur, si elle y prend garde, songe la députée.

Tout le monde peut avoir des projets, Victoria… Je peux vous appeler ainsi ? Poursuivant sans attendre l'approbation, la députée se lance - enfin. Voyez-vous, je travaille en ce moment sur un projet de loi qui, je pense, n'a que trop tardé.

So far, so good. Maintenant, reste la partie difficile : présenter la proposition sans effaroucher la jeune fille, l'amener à s'engager dans la campagne. C'est maintenant que tout se joue - ou presque. Car sans l'appui de la demoiselle, Susan devra retrouver un soutien aristocratique au moins aussi prestigieux, sans compter que deux de ses principaux adversaires connaîtront sa proposition et pourront d'autant plus facilement y objecter.

Reprenant comme si de rien n'était le cours de ses explications, la députée continue : Êtes-vous déjà fiancée, Victoria ? Et comptez-vous vous marier bientôt ?

Ces questions vont sans doute détourner un peu la conversation, mais Susan sait parfaitement où elle va. Et déjà, elle poursuit (il faut dire qu'elle connaît déjà la réponse, elle qui a préparé cette entrevue avec tant de soins) : Mais savez-vous seulement le nombre de possibilités que cela va vous offrir ? Oh, je ne parle pas d'un manoir dans les Cornouailles… Non, je vous parle d'opportunités de carrière.

Ça y est, elle voit le doute poindre plus clairement dans le regard de son interlocutrice. Elle a son attention pleine et entière, et elle compte bien en profiter.

Vous pourrez bientôt accéder à des postes de professeur, ou encore de fonctionnaire (d'ambassadrice, et non plus juste de secrétaire), et peut-être même à des postes haut gradés au sein de l'armée… Tout cela est plutôt avantageux, n'est-ce pas ?

Laissant à peine à la jeune fille le temps d'assimiler ses paroles, Susan continue, se faisant presque théâtrale - héritage de toutes ces années passées entourée d'artistes, elle sait parfaitement comment captiver son auditoire.

Mais, me direz-vous, pourquoi n'y avez-vous pas accès dès maintenant ? On vous a sans doute dit que c'était par manque d'expérience, ou de qualifications. Mais figurez-vous qu'en réalité, c'est inscrit dans la loi : vous ne pouvez pas accéder à ces postes tant que vous ne serez pas mariée…

On atteint enfin le cœur du problème. À ce stade, la députée se détend imperceptiblement, et s'autorise même à boire une gorgée de son thé, encore brûlant. Tout en attendant les questions qui ne pourront que surgir de la part de Victoria…

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Those who stand for nothing fall for anything
You have enemies ? Good, that means you stood up for something

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://captainclioposts.tumblr.com/
avatar
Victoria Irvin
is my name and only mine
Voir le profil de l'utilisateur
Informations☎Messages : 532
☎Avatar & crédits : Laura Spencer by me
☎Age du perso : 24 ans
Féminin
Passeport
Carnet
☎Mon coeur, mon amour: Fiancée par défaut, mais attirée par un certain as polonais
☎Politiquement vôtre: La politique, c'est de famille
☎En Pagaille:

MessageSujet: Re: Mad Tea Party - Susan Sam 23 Juil - 11:33

Victoria ne saisissait pas vraiment ce qui avait poussé Susan à l'inviter ce jour là. Se retrouver dans un tel lieu, alors que dehors la guerre faisait rage, les gens fuyaient leurs maisons pour s'abriter des bombardements, et parfois mourraient, lui paraissait presque incongru. Elle avait pourtant l'habitude de ces endroits magnifiques depuis l'enfance. Elle y avait été invitée, y avait reçu, y avait même été élevée pour certains. Cela lui paraissait étrangement proche et loin à la fois. Elle avait changé, n'en déplaise à ses parents qui aimaient garder d'elle cette vision de petite fille modèle, modelable à souhait. Mais elle n'était pas non plus prête encore à se rebeller totalement. Se disputer avec eux lui paraissait totalement impensable. Pourtant c'était sans doute ce qui se serait passé si on avait apprit qu'elle avait accepté cette invitation. Elle n'avait aucune raison de ne pas l'accepter car bien que Susan ne soit pas véritablement du même bord politique que sa famille - et c'était peu de le dire, elle représentait tout ce que Lady Maud détestait - elles étaient à la base du même milieu social. Les convenances étaient tout ce pour quoi Victoria avait été élevée, il était impossible d'aller contre. Si elle était disponible et que l'invitation était en bonne et due forme, il n'y avait aucune raisons pour la jeune femme de ne pas s'y rendre. Dans son uniforme, les cheveux bien tirés en arrière, elle se trouvait jolie, mais sans plus. Parfaitement parfaite aurait dit sa belle-mère.

La conversation avec Susan s'engagea sur quelque chose de très simple, basique, des nouvelles de tout à chacun, quelques commentaires très simples... Mais cela ne lui disait toujours pas pourquoi la parlementaire avait voulu la voir, elle, pauvre petit caporal, aujourd'hui. Victoria aurait été moins naïve, elle se serait sans doute douté que cela avait un rapport avec son père et son beau-père, leur engagement politique, l'opposition de Susan, leurs manières différentes de voir la guerre et la manière dont la mener, sans oublier la gestion du Home Front, la vie et l'organisation des civils. Mais Victoria ne voyait pas cela. Certes, elle connaissait les orientations politiques de sa famille, la vie politique anglaise de manière générale, mais on lui avait toujours appris à rester silencieuse et hocher la tête, tout simplement. La politique n'était pas faite pour elle. Pour sa cadette, Winifred, il en serait certainement autrement. Mais pas pour elle. Et au final, cela ne l'intéressait pas plus que cela, bien qu'elle soit fiancée à un futur politicien d'envergure - chez les Jolliffe, on était Pair du royaume de père en fils, impossible d'y déroger - elle ne se voyait pas "la femme guidant l'homme dans l'ombre", ce n'était pas pour elle. S'engager dans l'armée lui avait apporté une bouffée d'air frais dont elle ne savait même pas avoir besoin. Et il était difficile d'imaginer revenir en arrière. L'impact sur la personnalité de la jeune femme ne se faisait pas encore sentir, mais il arrivait à petit pas. Susan avait choisit le bon moment, elle était encore fragile. Et quand elle aborda son "projet", Victoria ne put s'empêcher d'ouvrir ses grands yeux bleus comme deux soucoupes bien rondes. Elle, participer à un projet de la politicienne?

-Tout le monde peut avoir des projets, Victoria… Je peux vous appeler ainsi ? Voyez-vous, je travaille en ce moment sur un projet de loi qui, je pense, n'a que trop tardé.

Pour cacher son étonnement, Victoria plongea dans sa tasse de thé, se contentant de hocher la tête vaguement. Dans quoi avait-elle été embarquée?

-Êtes-vous déjà fiancée, Victoria ? Et comptez-vous vous marier bientôt ?

La jeune femme figea son geste. Quel était le rapport? Ses fiançailles avec Teddy Jolliffe étaient assez anciennes pour qu'on se demande s'ils allaient jamais se marier - Victoria n'osait l'imaginer. Et pourtant son coeur balançait bien ailleurs, d'une manière dont il n'avait jamais battu - mais il était de notoriété publique qu'ils étaient engagés.

-Eh bien... Theodore Jolliffe et moi sommes fiancés depuis quelques années maintenant. Nous aurions dû nous marier mais la guerre a bouleversé ces plans. Le mariage est repoussé pour le moment.

La jeune femme restait évasive. Elle ne voulait pas trop en dire.

-Mais je ne vois pas le rapport avec votre projet?

-Mais savez-vous seulement le nombre de possibilités que cela va vous offrir ? Oh, je ne parle pas d'un manoir dans les Cornouailles… Non, je vous parle d'opportunités de carrière. Vous pourrez bientôt accéder à des postes de professeur, ou encore de fonctionnaire (d'ambassadrice, et non plus juste de secrétaire), et peut-être même à des postes haut gradés au sein de l'armée… Tout cela est plutôt avantageux, n'est-ce pas ?Mais, me direz-vous, pourquoi n'y avez-vous pas accès dès maintenant ? On vous a sans doute dit que c'était par manque d'expérience, ou de qualifications. Mais figurez-vous qu'en réalité, c'est inscrit dans la loi : vous ne pouvez pas accéder à ces postes tant que vous ne serez pas mariée…

Susan savait parler à son publique, il n'y avait pas à chipoter. Il était évident qu'elle avait préparé son discours et qu'elle savait exactement comment le dire et à qui. Victoria avait presque la tête qui tournait. Mais... Elle n'avait jamais vraiment voulu de tout ça. Elle n'y avait même jamais réfléchit. Elle voulait simplement servir son pays. Le reste... La jolie rousse n'avait pas les mêmes préoccupations que certaines autres jeunes femmes de son âge, due à son milieu privilégié. Elle reposa sa tasse sur la petite table, tremblant légèrement.

-Je... oui... enfin... je ne suis pas certaine de vous suivre. Je n'ai jamais... pensé à tout ça. Je ne suis même pas certaine de le vouloir. Je ne sais pas... Cette loi aurait du bon, mais... Est-ce le moment? Cela ne peut-il pas attendre après la guerre?

Elle n'était pas engagée en politique, mais cela ne l'empêchait pas, racines conservatrices ancrées en elle, de ne pas spécialement aimer le changement.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


'Careless talk costs more than life'
"Was it a marriage made in heaven ? Was it a gift from god above ? Do you belive the things you told me or was it simply careless love ? You told me once when we were dreaming through life together we would walk. Those words of love seemed said in star light but now it seems like careless talk."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://visagedupasse.tumblr.com/
avatar
Susan Plumer
is my name and only mine
Voir le profil de l'utilisateur
Informations☎Messages : 189
☎Avatar & crédits : Eva Green - by Maquizz
☎Age du perso : 36 hivers
Féminin
Passeport
Carnet
☎Mon coeur, mon amour: Divorcée, et c'est tant mieux !
☎Politiquement vôtre: Députée travailliste
☎En Pagaille:

MessageSujet: Re: Mad Tea Party - Susan Sam 1 Oct - 13:28

A Mad Tea Party
In Britain, a cup of tea is the answer to every problem


Les serveurs passent, en tenue impeccablement repassée, à côté des deux femmes ; le Claridge's ne désemplit pas, même en temps de guerre, incarnation du flegme britannique dans toute sa splendeur. Un flegme que certains prennent pour du cynisme mais qui, chaque Anglais le sait, n'est qu'une façade.
Susan en connaît un bout sur les façades. Après tout, elle n'est pas politicienne pour rien... Se cacher derrière des apparences irréprochables, arborer une expression figée, indéchiffrable, se composer un visage de marbre, sont autant d'aptitudes qu'elle a apprises dès son mariage avec Robert Plumer.
Mais visiblement, la jeune Lady Irvin n'a pas encore acquis ces compétences des plus utiles. Cela se voit à son regard, soudainement fuyant. C'est audible dans sa voix presque chevrotante, perceptible dans sa manière de reposer sa tasse brusquement, comme si elle perdait le contrôle de ses mains.

Susan se sentirait presque mal d'avoir pris pour cible cette demoiselle sans défense. Presque. Car, en matière politique, la députée est intraitable. Elle a un poste et une réputation à défendre, et puis elle sait que ses adversaires ne lui feront pas le cadeau de la traiter plus gentiment juste parce qu'elle est une femme. Non, c'est à elle de se tailler son chemin, de se battre pour sa place à Westminster. C'est à elle de porter ses projets jusqu'au bout, de se salir les mains, de rencontrer toutes les personnes susceptibles de l'aider.
Au fil des années, elle a acquis une certaine dureté, comme ces diamants encore renforcés par l'usage que l'on fait d'eux. Elle a appris à penser à tout, à tout prévoir, à calculer des opportunités en une fraction de seconde… Mais la jeune Victoria, elle, n'a pas encore cette expérience de la vie. Lorsque l'héritière lui affirme qu'elle n'a jamais pensé à "tout ça", qu'elle n'est pas certaine de "le vouloir", Susan soupire.
Tu m'étonnes... Tu n'as jamais eu à t'en soucier, pourquoi y aurais-tu pensé ? songe-t-elle presque cruellement. Elle avait oublié à quel point les jeunes filles de bonne famille peuvent être naïves, parfois. Elles qui ont grandi dans le luxe, ou du moins dans un confort cotonneux, isolées du monde réel et de ses problèmes... Elle les plaint plus qu'elle ne les critique. Car le jour où ces demoiselles fragiles devront faire connaissance avec la réalité, elle sait que leur souffrance sera plus importante que celle des filles d'instituteurs ou de mineurs.

Bon, au moins, son interlocutrice n'a pas refusé de poursuivre la conversation. Elle aurait pu se lever, partir, déclarer que Susan était une folle ou une inconsciente… Elle n'en fait rien. Ce qui ne signifie qu'une chose aux yeux de la députée : elle a encore une chance. Elle reprend une gorgée de son thé, décidément délicieux, avant de répondre.

Je crois même que c'est le moment ou jamais, figurez-vous. En effet, quand l'Angleterre a-t-elle besoin de femmes compétentes ? Maintenant, alors que nous sommes en guerre, la nation a besoin de toutes les ressources disponibles ! Les femmes sont déjà dans les usines, où elles remplacent les hommes mieux que l'on aurait pu l'espérer ; pourquoi ne pas les mettre également à la tête des services d'administration, ou même, oserai-je le dire, aux commandes des avions ?


Elle espère, par cette dernière phrase, avoir piqué la curiosité de la demoiselle. Elle sait de source sûre - car une bonne politicienne est comme une bonne journaliste, elle ne révèle jamais ses sources - que la fille du Marquis de Conway rêve de rejoindre l'Air Transport Auxiliary Force. Tendant des perches comme une araignée tend ses fils, elle espère bien attirer la demoiselle dans ses filets… Et quel meilleur moyen pour cela que de lui faire miroiter la promotion dont elle rêve ?

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Those who stand for nothing fall for anything
You have enemies ? Good, that means you stood up for something

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://captainclioposts.tumblr.com/
avatar
Victoria Irvin
is my name and only mine
Voir le profil de l'utilisateur
Informations☎Messages : 532
☎Avatar & crédits : Laura Spencer by me
☎Age du perso : 24 ans
Féminin
Passeport
Carnet
☎Mon coeur, mon amour: Fiancée par défaut, mais attirée par un certain as polonais
☎Politiquement vôtre: La politique, c'est de famille
☎En Pagaille:

MessageSujet: Re: Mad Tea Party - Susan Sam 22 Oct - 15:12

C'était le choc des cultures entre les deux femmes. Elles n'avaient pourtant que quelques années d'écart, mais elles semblaient être dans deux univers totalement différents. Victoria ne faisait que découvrir une certaine forme d'indépendance quoi que toujours contrôlée par sa famille alors qu'il y avait longtemps que Susan battait de ses propres ailes. Deux univers si opposés qui se retrouvaient autour de la plus anglaise des boissons: une tasse de thé, dans un endroit qui rassurait Victoria tout en étant bien connu de Susan. Un terrain neutre, en quelques sortes, pour une demande qui elle ne l'était pas. Susan avait toujours eus une idée derrière la tête. Ce n'était pas seulement parce que Victoria avait toujours été très protégée qu'elle n'avait pas vu cela venir, mais aussi - surtout - parce que la jeune femme était très naïve et qu'elle voyait toujours et presque exclusivement le meilleur des gens, jamais ou presque leur mauvais côté. Elle n'était pas méfiante, c'était asns doute une erreur quand on faisait face à une ténor de la politique, une pionière, comme Susan Plumer, ancienne lady, maintenant députée travailliste. Il y avait de quoi se méfier d'elle au final. Victoria, avec ses grands yeux bleus, n'avait évidemment rien vu venir. Elle s'en voulait presque de ne pas s'en être doutée. Susan lui demandait, il n'y avait pas d'autre façon de le dire, de la soutenir contre tout ce que sa famille, dont son père à la chambre des lords, surtout son père en fait, croyait et défendait depuis des décennies, voir même des siècles.

Car Victoria avait beau ne pas vraiment se préoccuper de politique de son côté - cela n'était pas vraiment du propre d'une lady, même sa mère était d'accord sur ce point, elle menait ses batailles à sa façon - elle avait bien comprit cela. Et la pauvre, blanche et innocente Victoria ne savait pas vraiment quoi répondre à la députée qui lui faisait face à part quelques mots vaguement prononcés et hésitants. Que pouvait-elle dire? On était en Angleterre après tout,  il n'y avait rien que Susan puisse la forcer à faire, du moins en était-elle persuadée. De plus, la guerre battant son plein, était-ce véritablement le moment de vouloir réformer la société en profondeur et de faire trembler le gouvernement? Le home effort était bien plus crucial aux yeux de Victoria. Réussir à repousser les Allemands chaque nuit, nuit après nuit, était déjà assez difficile sans avoir la Chambre songer à autre chose qu'à cela. Cela allait aller à l'encontre de tout ce en quoi le gouvernement croyait depuis le début de la guerre, les affiches et les panneaux, sans compter les discours prononcés... Tout ce qui était mis en oeuvre pour aller plus loin et en finir au plus vite. Et cela avait un air de mauvais goût de discuter de tout cela dans un salon de thé alors que d'autres risquaient leur vie en permanence. Bref, Victoria était dans le flou et l'expectative. Elle ne savait pas vraiment quoi répondre, après tout, "non" était un mot difficile à faire prononcer à la jeune femme bien qu'elle commençait à l'apprendre.

Susan ne semblait pourtant pas décidée à la laisser réfléchir trop longtemps et profiter de son trouble.

-Je crois même que c'est le moment ou jamais, figurez-vous. En effet, quand l'Angleterre a-t-elle besoin de femmes compétentes ? Maintenant, alors que nous sommes en guerre, la nation a besoin de toutes les ressources disponibles ! Les femmes sont déjà dans les usines, où elles remplacent les hommes mieux que l'on aurait pu l'espérer ; pourquoi ne pas les mettre également à la tête des services d'administration, ou même, oserai-je le dire, aux commandes des avions ?

C'était frapper au coeur de Victoria. L'aéroclub était connu de toute la bonne société, ses membres, dont la jeune femme avait fait parti avant la guerre, connus de tous. Et pourtant, elle ne pouvait pas encore voler au sein de l'ATA. Pourquoi? Parce que ses parents avaient mis leur véto. Oui à la WAAF, non à plus. C'était égoïste, mais une loi ne changerait rien à cela. Et ce n'était pas en faisant quelque chose dans leur dos qu'elle pourrait leur montrer qui elle était, et ce dont elle était capable. Victoria resta silencieuse un instant, prenant le temps de la réflexion. Non. Au fond d'elle-même, elle le savait, cela n'était pas juste, ni ce qu'il fallait faire. Après avoir eut les yeux dans le vague un instant, elle releva la tête vers Susan.

-Je suis désolée, Mrs Plumer, mais je ne peux pas vous aider. Ce ne serait pas... je ne peux pas. Veuillez m'excuser. Même si la fin est bonne, ce n'est à mes yeux pas le moment de faire passer ce genre de loi en force. Ce serait aller contre l'effort de guerre et jouer aux dés avec la vie de tous ces jeunes soldats qui se battent ici et ailleurs pour que notre pays sorte victorieux de la guerre. Je ne peux soutenir ce genre de projet aujourd'hui. Après la guerre, peu être, mais pas maintenant.

La jeune WAAF, dans son uniforme et son calot sur la tête, se releva, et fit quelques pas, prenant conger, sans imaginer un instant que Susan allait abattre une dernière carte, qui l'empêcherait de dire "non", après tout.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


'Careless talk costs more than life'
"Was it a marriage made in heaven ? Was it a gift from god above ? Do you belive the things you told me or was it simply careless love ? You told me once when we were dreaming through life together we would walk. Those words of love seemed said in star light but now it seems like careless talk."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://visagedupasse.tumblr.com/
Contenu sponsorisé
is my name and only mine
Informations
Passeport

MessageSujet: Re: Mad Tea Party - Susan

Revenir en haut Aller en bas
 
Mad Tea Party - Susan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une voix : Susan Boyle
» Bisounours Party | V. 2.0
» Garden Party
» Dungeon party
» Beach Party ! [ pv ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Keep Calm and Carry On ::  :: Central :: The Claridge's :: Afternoon Tea-
Sauter vers: