AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Visite et politique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
☎Messages : 94
☎Avatar & crédits : Scott Eastwood par Shiya
☎Age du perso : 29 ans
Féminin

Carnet
☎Mon coeur, mon amour: Célibataire et content de l'être
☎Politiquement vôtre: Conservateur (USA)
☎En Pagaille:
MessageSujet: Visite et politique Lun 29 Aoû - 14:00

ELIOTT & SUSAN

Au fil des mois qu'Eliott passait à Londres, plus il se rendait compte de la pression de son prédécesseur, et la force de caractère qu'était l'ambassadeur américain. A force de cirage de pompes, le nouvel attaché militaire pouvait se voir dedans. Pour l'instant, il ne s'agissait que d'amitié intéressée, de grands discours sur l'Amérique et de sous-entendus d'alliance. Mais son supérieur lui parla aussi de menaces, de pots-de-vin, de pressions, … A ses paroles, il comprenait un peu pourquoi l'autre avait succombé, il fallait avoir des épaules solides et surtout résister à l'appel des sirènes de la corruption. Il faut avouer qu'on pouvait faire meilleur choix qu'Eliott : forgé dans la politique depuis son plus jeune âge, il avait beaucoup appris de son père, un homme honnête qui lui avait si souvent parlé des politiciens corrompus, cupides et prêts à se donner à de mauvaises personnes en échange d'un peu d'argent (ou même de beaucoup). Et aujourd'hui, il devait appliquer ces enseignements à la lettre, et peu importe ce qu'on lui proposait en face, son pays et sa fidélité à cette dernière restait au premier plan.

Après, cela ne l'empêchait pas de profiter des grandes réceptions où on lui déployait le tapis rouge. On l'invitait gracieusement, il serait malpoli de ne pas accepter. Aujourd'hui, on visitait à  Manchester certaines usines devenues militaires. Cette expédition était à double tranchant : on voulait montrer que la Grande-Bretagne pouvait se défendre un temps (donc rassurer les politiciens britanniques)mais que cela ne durerait pas éternellement (pour engager des puissances étrangères à s'engager dans la guerre ou faire plus, selon les cas). Autant dire qu'ils allaient faire des ronds de jambe à certains dignitaires ! Comme l'ambassadeur, il aurait pu dormir là-bas, mais autant en profiter un peu pour rouler de bon matin sur les routes de campagne anglaise avec sa Ford V8. Ce petit bolide pouvait monter à presque 130km/heure, il n'aurait aucun problème pour arriver à 11h pour la visite de la première usine. Si on écarte certaines routes défoncées par les bombardements, obligeant l'américain à faire quelques détours, il arriva même en avance, détonnant face à quelques messieurs déjà là. Sans doute ne le prenaient-ils pas au sérieux, mais un allié pouvait même ressemblait à un golden boy républicain. Tous visitèrent tout d'abord la compagnie ferroviaire Beyer-Peacock and Company, devenue usines de fabrication de bombes. La dizaine d'hommes présents montrait bien le caractère secret de l'endroit. A part les américains qu'on cherchait à impressionner, aucun autre dignitaire n'était présent, et pratiquement que des conservateurs dans les britanniques. Puis il fut l'heure du déjeuner. Si on rationnait les populations, les hautes sphères arrivaient toujours miraculeusement à trouver de la nourriture un peu meilleur. Sans forcément retrouver le haut-de-gamme d'avant-guerre, on arrivait à se faire un bon repas. Un autre groupe attendait ces messieurs, bien plus hétéroclites, et surtout avec un peu plus de femmes. L'ambassadeur lui fit savoir qu'on avait envoyé l'autre groupe dans une visite d'usine textile … quelle punition. Eliott se retrouva assis à côté de l'ambassadeur, en face d'un parlementaire conservateur et … Mrs Plumer à sa gauche. Il la salua avec le sourire.

« Lady Plumer, je suis ravi de voir un visage amical milieu des men in black. »

Le repas était assez simple mais de bonne qualité car on servit des poulets fermiers avec pommes de terre et jardinière de légumes. Il fallait miser sur les valeurs sûres de la nourriture, comment refuser un bon poulet ?

« Avez vous apprécié votre visite du matin ? Une usine textile à ce que j'ai compris … Je suis certain que cela était passionnant. »

Son sourire moqueur en disait long sur ses pensées, mais il n'aurait pas aimé se retrouver à regarder des métiers à tisser, si cela était nécessaire et de bonne manufacture, il n'était nullement intéressé d'en savoir plus. Alors que tout le monde mangeait de bon appétit, discutait gentiment, tout en se pressant un peu, une autre visite les attendait cet après-midi, avant la réception à la mairie de Manchester. Les deux politiciens discutaient de banalités, pour l'instant pas question de se lancer dans un débat, il paraît qu'il fallait mettre l'hôte à l'aise avant de tenter de le convaincre. Technique qu'employait ses parents à l'époque : sa mère créait une somptueuse réception où l'on mangeait bien dans leur demeure bien entretenue, et après quelques canapés et verres, le père venait parler politique.

« Nous visitons bien une usine Ford cet après-midi, n'est ce pas ? Leurs voitures sont excellentes, à tel point que je n'ai pas voulu me séparer de la mienne lorsque j'ai quitté le sol américain.
Vous le verriez dans Londres, un cliché de ce qu'on peut trouver chez nous. Je suis certain qu'il a dû rouler à fond sur les routes pour son grand bonheur. » lança l'ambassadeur, moqueur à son tour.

Après s'être régalés, il était temps de partir pour la seconde visite à l'usine Ford. On se partageait les véhicules, certains avaient le snobisme d'une 'promenade digestive' jusqu'à l'usine. C'est vrai que c'était parfaitement l'endroit …


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
American boy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://images3.imgbox.com/6a/0b/pMxvjCVT_o.png
avatar
☎Messages : 200
☎Avatar & crédits : Eva Green - by Maquizz
☎Age du perso : 36 hivers
Féminin

Carnet
☎Mon coeur, mon amour: Divorcée, et c'est tant mieux !
☎Politiquement vôtre: Députée travailliste
☎En Pagaille:
MessageSujet: Re: Visite et politique Dim 24 Juin - 16:14

Visite & Politique
In politics, nothing happens by accident. If it happens, you can bet it was planned that way


Et sur votre gauche, vous pouvez voir la dernière machine sortie des usines Singer: elle permet aux ouvrières d'atteindre une vitesse de travail encore augmentée, grâce à la technique des...

Elle a cessé d'écouter le guide à peu près à la moitié de la visite. D’ordinaire, elle aurait bu chacun de ses mots, pris des notes même. On ne sait jamais, c’est sa devise – ou peu s’en faut. On ne sait jamais quelle information vous donnera l’avantage lors d’un débat à la Chambre des Communes ; on ne sait jamais quel chiffre, quelle statistique vous permettra de lancer un slogan efficace. D’ordinaire la députée travailliste Susan Plumer n’est jamais à court d’arguments efficaces, qu’elle accumule au cours d’innombrables visites : visites d’usines, d’ateliers, de chantiers… Et plus encore : des rencontres, des discussions avec les travailleurs, avec les contremaîtres et les industriels… Elle a parfois l’impression d’avoir fait le tour de la condition ouvrière en Angleterre. Mais une nouvelle visite, une nouvelle rencontre et la voilà lancée sur de nouvelles pistes d’investigation, planchant sur de nouveaux angles d’attaque.

Mais aujourd’hui, rien n’y fait, son attention est ailleurs. Il faut dire qu’aujourd’hui n’est pas une journée ordinaire : aujourd’hui, Susan est chargée d’une mission. Et comme toute chargée de mission qui se respecte, elle est équipée. Contrairement à son habitude, elle a choisi de se distinguer de ses consœurs, députées ou (pour la plupart) femmes de députés influents, en s’habillant de manière résolument moderne. Sur les conseils de son styliste favori, le jeune et prometteur Isidore, elle a ainsi revêtu un pantalon vert bouteille assorti à ses yeux d’un vert perçant et une fine chemise d’un blanc immaculé. Par-dessus, une veste cintrée vient souligner sa taille, toujours aussi fine qu’à ses vingt ans. L’un des effets positifs du rationnement, songe-t-elle avec cynisme.

Si cette tenue pour le moins peu conventionnelle selon les critères de la bonne société anglaise lui a attiré plusieurs regards outrés ou envieux – voire les deux à la fois, la députée n’en a cure. Sa cible n’est pas Anglaise, mais Américaine. Et les Américains adorent l’audace, tout le monde le sait de ce côté de l’Atlantique. Ce qui tombe bien, l’audace est une seconde nature pour Susan : se comporter comme elle le fait aujourd’hui lui rappelle les années passées avec sa sœur et le mari de celle-ci, lorsqu’elle venait d’arriver à Londres et partageait leur vie d’artiste. Bien qu’ils aient quitté Londres depuis longtemps, le couple est resté en contact avec Susan, lui envoyant régulièrement de longues lettres contenant les derniers potins de Washington. C’est grâce à eux qu’elle est au courant de l’arrivée à Londres d’un nouveau diplomate américain : le jeune Eliott Armstrong, fils du sénateur républicain Philip Armstrong. La députée travailliste s’est ainsi fixé pour objectif de gagner à sa cause le jeune charmeur – aux dires de sa sœur, du moins.

Lady Plumer, je suis ravi de voir un visage amical milieu des men in black.

Exactement la raison pour laquelle je me suis assise ici, quel hasard ! Susan est tout sauf naïve : joindre un groupe principalement masculin, et ennuyeux de surcroit (car comment un cinquantenaire conservateur pourrait-il se révéler intéressant aux yeux d’un homme comme Eliott Armstrong, elle aimerait bien le savoir) lui assure presque automatiquement d’avoir l’attention du jeune Américain pour la durée du repas. A elle d’en tirer le meilleur.

Mr Armstrong, le ravissement est mien répond la députée en souriant. C’est toujours un plaisir de voir de nouvelles têtes, n’est-ce pas Mr l’ambassadeur ?

Ayant effectivement exclu son collègue conservateur de la discussion, Susan poursuit pour répondre à l’Américain : Nécessaire, surtout, Mr Armstrong, tout comme l’effort de guerre que nous fournissons tous… Imaginez-vous nos soldats sans uniformes sur le front ? Bien que je doive reconnaître que la visite fut longue.

Susan n’apprécie guère la désinvolture de ce jeune homme, mais elle se rattrape juste à temps pour finir sur un sourire complice. Il y a quelques années, ces visites lui paraissaient tout aussi interminables et inutiles, après tout. Son impression du fils de sénateur s’améliore toutefois lorsqu’il évoque la visite prévue d’une usine Ford dans l’après-midi… Et que l’ambassadeur fait mention de sa passion pour la vitesse. Voilà un point que la députée et le diplomate ont en commun. Susan envie les Américaines : d’après sa sœur, la plupart des femmes de son âge savent conduire, et certaines ont même une voiture à elles ! Chose impensable à Londres : il faudra sans doute attendre quelques années avant de voir une femme au volant dans les rues de la capitale.

Alors que le groupe quitte lentement la table, une distinction s’opère entre hommes et femmes. Les premiers optent pour une balade digestive, qui leur offre l’opportunité de fumer leurs malodorants cigares ; les secondes choisissent pour la plupart de retrouver leurs chauffeurs pour se rendre sur le site de Dagenham. Susan, quant à elle, se rapproche d’Eliott Armstrong : une fois que l’ambassadeur et la plupart de ses collègues sont hors de portée d’oreille, elle lui glisse :

Que diriez-vous d’arriver avant eux à cette fameuse usine ? Une occasion de me prouver que vos voitures américaines valent vraiment ce qu’on en dit…

Sans attendre sa réponse, elle se dirige déjà vers la voiture de l’Américain, reconnaissable à son volant situé à gauche. Une aberration, vraiment. Mais la députée garde ses pensées pour elle, et attache soigneusement un foulard de soie sur ses cheveux bruns : l’audace peut-être, mais la classe, toujours !

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

Those who stand for nothing fall for anything
You have enemies ? Good, that means you stood up for something

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://captainclioposts.tumblr.com/
 
Visite et politique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le boulangisme politique de Préval
» Tragédie-comédie des bouffons de la politique en Haiti
» Victoire Repugnante de la classe politique traditionnelle
» LA METEO POLITIQUE HAITIENNE ET LE JUDEO VODOU !
» Une nouvelle ou une proposition politique ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Keep Calm and Carry On ::  :: En Angleterre :: Manchester-
Sauter vers: